Maina, Nous ne t’oublierons pas !

Jaymashi !

Un jour de bus et deux jours de marche nous ont permis d’atteindre Maina, ce village à l’autre bout du monde.

Le premier jour de marche a été marqué par l’émotion pour ceux qui étaient là en novembre : passer par le lieu de l’accident et dépasser le dernier village où nous avions dormi nous a permis de franchir un cap et de vivre pleinement ce projet. Nous avons élever nos prières vers Dieu pour Jean-Claude en exprimant toute notre reconnaissance pour la manière dont Il a pris soin de sa vie.

Durant deux jours nous avons marché 7h30, les chemins étaient étroits et les montées… assez nombreuses ! Mais nous avons tous sentis combien Dieu a ouvert la voie, il maîtrisait et dirigeait parfaitement ce voyage. Toutes les portes s’ouvraient devant nous. La ponctualité des bus étaient très inhabituelle, des nuages étaient présents seulement dans les moments stratégiques pour nous épargner la chaleur accablante, un réflexe In extremis de Joël a protégé son visage de pierres dévalant la falaise après le passage de mules…

À l’unanimité, nous avons eu le sentiment de partager ces moments avec une famille, en famille. Nos cinq amis népalais nous ont apporté beaucoup de joie et nous étions stupéfaits de leur courage et de leur bienveillance. À travers le partage que nous avons eu, nous voyons que Dieu est au-dessus des cultures et de toutes les barrières que l’homme dresse. Il nous ont montré aussi combien la culture peut être culpabilisante et fataliste, et combien la foi en Christ peut être libératrice dans ce contexte.

L’arrivée au village était comme l’accomplissement de la mission, un soulagement et une joie partagée par toute l’équipe ! Les moments vécus au village étaient d’une rare intensité : jeux et éclats de rire avec les enfants, cuisine avec quelques femmes, partie de volley avec les gens du village. Les panneaux solaires étant déjà installés, nous avons été plus dans l’être que dans le faire, mais l’impact n’en reste pas moins négligeable.

Six jours de voyage pour un jour et demi au village, improbable au Népal ! Par cela, nous leur avons témoigné notre amour et notre considération, nous avons pu les encourager et partager des moments précieux, tous ensemble. Les retours des panneaux solaires sont très positifs : les enfants ont désormais une source de lumière pour faire leurs devoirs et les femmes peuvent économiser du bois et leur santé grâce aux fourneaux. Tous les villageois étaient très reconnaissants et ne nous ont pas laissés partir sans nous honorer par une cérémonie !

Nous avons enfin eu le privilège de partager un temps de célébration avec la poignée de chrétiens du village, qui se retrouvent parfois isolés à cause de leur foi. Nous avons fait la rencontre de Mina, une jeune de 17 ans qui est un pilier de l’église… percutante pour nous autres.

L’église connaît une croissance régulière et le besoin aujourd’hui serait de pouvoir construire un local qui leur permette de se réunir plus facilement.

A l’issue des temps cérémoniaux avec tous les villageois, nous avons été émus d’entendre le chef du village exprimer combien les uns et les autres ont été touchés par le geste de solidarité envers tous. Il a affirmé combien il était un devoir communautaire de permettre aux chrétiens d’avoir un lieu de culte et de cohabiter sans segregation.

Ce projet à Maina a coûté plus que nous l’avions imaginé, à Jean-Claude en premier lieu, mais aussi à tous ceux qui ont vécu cette situation de près ou de loin. Nous avons malgré tout prendre exemple sur Jesus et aimer ces personnes comme Il les aime, parfois au péril de notre vie, sans considération d’origine ou tout autre mur qui pourrait nous séparer et… Dieu a fait le reste.

« J’ai vu quelle occupation Dieu réserve aux humains. Il fait toute chose belle au moment voulu. Il a meme mis dans leur coeur la pensée de l’éternité, même si l’homme ne peut pas comprendre l’œuvre que Dieu accomplit du début à la fin. »

Ecclésiaste 3.11

Quelques photos du voyage !

De retour du Népal, expédition 2013

Pour la quatrième fois et sans doute la dernière ! 

Bizarre, seulement une semaine de retour et déjà l’impression que le courant de la vie d’ici m’a emporté, englouti dans son tourbillon, avec un programme chargé de choses à faire. Pourtant, Thierry nous avait prévenu en repartant : « N’oublions pas ! ».

Ces derniers jours, je me suis retrouvé dans plusieurs embouteillages du côté de chez moi. Calme, serein, attendant patiemment de pouvoir avancer, surement un effet du séjour népalais :). J’ai pu prier pour le pasteur et son aide restés à Odah, village pour lequel nous avons tant investi. Je revoyais cette centaine de lumières qui maintenant brillent dans la nuit et un environnement mois enfumé. Je revis aussi la joie de les savoir au contact de la lumière mais aussi au contact de l’Evangile. Je revois aussi ces moments où nous avons pu Chanter, prier avec chaque famille, partager leur joie avant de les quitter pour un nouveau foyer.
Bien sûr, les difficultés n’ont pas manqué, un pays quadrillé par la police et l’armée pour protéger les habitants et les touristes d’éventuels attentats, Les premières élections législatives de ce pays auront été éprouvés par des groupes politiques désirant s’imposer par la force et le trouble. 
Nous avons « vu » l’Armée Céleste nous garder nous ouvrir des passages verrouillés. Même ce jour où le chauffeur qui devait nous conduire le lendemain nous à prévenu que sa propre famille le menaçait de mort s’il réalisait ce trajet. La police nous déconseillait très fortement de prendre la route et quelques partis politiques continuaient de dresser leurs menaces. 

Après de nombreux appels et entretiens, de nombreuses infos et de contre infos, de moments d’espoir en désespoir, de temps de prières et de reconnaissance, et enfin une nuit remplie d’incertitudes, nous nous sommes endormis dans le chahut des rats bien agités.

Le lendemain matin, nous voyons un bus débarquer et un chauffeur souriant, rapidement entouré par une trentaine d’hommes que nous voyions négocier sur un toit au préalable. Il s’agit de représentants locaux des partis à l’origine de la grève.Ceux-ci s’empressent de mettre une grande banderole sur le devant du bus et même si « je ne sais pas ce qui était marqué sur la banderole, elle nous à servie de « laisser passer ».  

Par ailleurs, la police nous a donné une autorisation qui servait de « carte blanche » en nous escortant finalement jusqu’à la limite du district.

Proverbes 16:v7 « Quand l’Eternel approuve les voies d’un homme,
Il dispose favorablement à son égard même ses ennemis » (louis Segond édition de Genève 1979). Une illustration merveilleuse de la Parole de Dieu ! Ou encore dans le livre des Rois (2R;6:16 quand le roi d’Israël eut peur de l’armée des Syriens très nombreuse) Elisée eut une vision céleste et il dit au roi  » Ne craint point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux. »

« Oser le dépouillement » ! Oui nous avons été dépouillés pour un temps de nos conceptions, de nos mentalités, de nos plannings, de nos habitudes de gérer, de contrôler. Il nous a fallu lâcher, lâcher… juste accepter de recevoir Ses réponses à Lui, le Maitre de l’Univers. Rester en observation… Et nous réjouir de ses réponses, une assurance « toutes options ».

Oui Seigneur tu connais le chemin, merci de nous conduire, tes voies sont parfaites. Ce ne sont pas seulement des mots écrits dans un livre fut-il la Bible mais une réalité de tous les instants. Il est le Chemin.

Ces quelques mots n’ont qu’un objectif… Allez y, et vous verrez.
Les prochains voyages sont pour bientôt. Avec Lui vous ne serez pas déçu.

Fraternellement
Henri Mayer

 ——

Home from the 2013 trip to Nepal…

For the fourth time and without a doubt, the last time!

Strange, I have been home only a week and already I have the impression of being back to the fast pace of life here with a busy schedule of things to do.  Thierry even told us when leaving there: “Let’s never forget!”

These last few days, I have found myself in several traffic jams near where I live.  I am calm, and peaceful, waiting patiently to be able to move, surely a result of being in Nepal : ) I was able to pray for the pastor and his helper in Odah, the village where we invested so much of ourselves. In my mind, I once again saw a hundred lights that are now shining in the night there in that smoky environment.  I experienced the joy of not only knowing that they were in contact now with light but also in contact with the Gospel.

I once again see those moments where we were able to sing, pray with each family, and share their joy before moving on to the next family.

Of course, there was no lack of struggles in this country loaded with police and army who are protecting the people and tourists from possible terrorist attacks.  The country’s first legislative elections were a trying thing because of political groups wanting to impose themselves by force on the people and causing trouble.

We “saw” the heavenly army protect us and open for us ways that were closed to us.  One day our driver, who was supposed to drive for us the next day, told us that his own family threatened him with death if he drove on a certain road for this trip.  The police highly discouraged us from taking this road as some political groups continued to hand out their threats.  After many calls and conversations, numerous information and counter information, moments of hope and moments of despair, times of prayer and thanksgiving, and finally a night full of uncertainty, we were able to fall asleep, in spite of the disturbances of some agitated rats.

The next morning, we saw a bus arrive and a smiling driver who was quickly surrounded by about 30 mennegotiating with the driver on the roof of the bus.  They were local representatives of the political groups who were causing a strike.  They hurriedly put a big banner on the front of the bus and even though I didn’t know what was written on this banner, it ending up being a pass for us to get through.  In fact, the police gave us an authorization which served as a carte blanche for us, escorting us finally to the district limits.

Proverbs 16:7: “When the Lord takes pleasure in anyone’s way, he causes their enemies to make peace with them.” (NIV)  What a wonderful illustration from the Word of God! Also from the book of Second Kings (2 Kings 6:16 when the king of Israel was afraid that the Syrian army was more numerous) Elisha had a celestial vision and he said to the king, “Don’t be afraid. Those who are with us are more than those who are with them.” (NIV)

“Dare to be deprived!” Yes we were deprived for a while of our conceptions, of our mentalities, of our schedules, of our habits of managing and controlling.  We needed to let go; let go and simply accept to receive His answers, the Master of the universe, to wait and watch.  And we rejoiced in His answers, an assurance with full options.

Yes Lord, You know the way, thank You for guiding us, Your ways are perfect.  These are not simply words written in a book, THE book—the Bible, but also a constant reality.  He is the way.

These few words only have one goal…Go therefore, and you will see.

The next trips are happening soon. With Him you will not be disappointed.

In brotherly love,

Henri Mayer

Quand mission rime avec démission

Expérimenter un projet missionnaire ? Oh non, pas moi !

Toi qui lis ceci, c’est peut-être actuellement ton état d’esprit.

Alors, tu démissionnes ? Excellent ! Tu es sur la bonne voie. Pourquoi ?
Simplement parce que pour vivre un temps de mission, il faut des gens prêts à démissionner.

Au fond, à quoi ressemblait ce projet missionnaire à court terme ?

  • un projet : non pas ton projet mais bien Son projet.

Au départ, il y a un plan A qui se transforme, après de multiples rebondissements, en plan B, un plan Bénit…

  • une équipe : pour elle, tu dois abandonner tes préjugés et laisser Dieu te faire découvrir l’autre comme Il l’a créé.

Tu risques d’être étonné de voir que l’autre, aussi différent de toi soit-il, va tellement t’apprendre et t’apporter.
Et puis, n’oublie pas que tu es tout aussi différent, unique et parfois même pénible pour lui…

Enfin, qui a envie d’être aimé ? Toi ? Alors on y est.

  • Ce que m’a rappelé le fait d’être en mission, c’est qu’avant tout nous sommes aimés de Dieu. Pour cela, tu dois abandonner tes compétences et tout ce que tu crois être ton savoir-faire.

Dieu T’aime le premier et tu n’as rien à faire pour cela. Une des choses seules choses qu’Il te demande, c’est de partager cet amour, à commencer par là où tu es. Cette transmission, tu la vis autrement dans une culture qui t’est inconnue ou éloignée.

Oui, la mission rime donc bien avec démission et je t’invite à y réfléchir.

Il ne s’agit pas d’une école, ni d’une inscription ou d’une formation mais d’une transformation.

Dieu te prend comme tu es, là où tu en es, tout en te transformant…

et cet apprentissage, il le fait en son temps.

Peut-être mais peut-être pas…

Voici le mot d’ordre qui nous aura accompagné ces derniers jours !

Peut-être aurons-nous l’autorisation pour aller au village mais peut-être pas ?!
Tel a été la question en suspend. (rappel : contexte politique tendu dans le pays en ce moment).
Peut-être aurons-nous douté mais pas longtemps. Finalement, nous arrivons tous au village d’Oda lundi midi.

Peut-être imaginez-vous le quotidien de ces régions isolées mais peut-être pas ?
Entrez au cœur de leur réalité : des petits foyers aux plafonds si bas que nous y entrons tous courbés, pas de fenêtres et la fumée d’un feu qui se consume tout au long de la journée d’une telle agressivité, le tout noyé dans l’obscurité… Un environnement extérieur décalé : un village situé sur des versants ensoleillés, des rizières par milliers, des espaces sur-dimensionnés.

Dès notre arrivée, nous partons en équipe de 3 pour installer les 150 panneaux récupérés par les népalais. Peut-être parviendrons-nous à tous les installer mais peut-être pas?!
Chaque soir, la vallée est un peu plus illuminée et c’est au total 110 maisonnées équipées.

Mais Dieu pourvoit : une équipe de jeunes népalais formés terminera le projet.

« Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette œuvre bonne la poursuivra jusqu’à son terme, jusqu’au jour de Jésus-Christ » [Philippiens 1.6]

Pour la première fois, un pasteur obtient le soutien nécessaire pour œuvrer 2 années dans ce village, accompagné d’un « aide-pasteur ». Peut-être accepteront-ils Jésus dans leur cœur mais pas sans Toi !

Peut-être aurez-vous prochainement de nos nouvelles mais peut-être pas ?
Nous faisons escale à Surkhet mais prenons normalement le bus demain matin à 6h30 pour un long retour jusqu’à Kathmandu (14h de route…).

Peut-être vous dites-vous que le projet est terminé mais je ne crois pas ?
Shiva, notre cuisinier, est à nos côtés et sa vie peut encore changer…

IMG_0048

IMG_1012

IMG_0872

IMG_0865

IMG_0107

IMG_0103

IMG_0088

« Il fait toute chose belle au moment voulu… » Ecc 3 v.10b

Voilà en effet une chose de sûre : le timing de Dieu n’est pas notre timing !
Et dès notre arrivée le programme « humain » se transforme en programme « divin ».
Dieu a voulu que la mission se déroule en temps de grève politique dans tout le pays :
son intelligence est impénétrable.

Il sait ce qu’Il fait ; parfois dur à accepter… et pourtant !

Steve, le missionnaire sur place, connait bien son pays d’adoption.
Avec sagesse, il nous conseille de repousser d’un jour le départ de KTM.
Mercredi matin : c’est le jour J. 
Dans ce contexte nous sommes obligés de nous déplacer en convoi de bus, escortés par une jeep de la police.

Commence alors un très long voyage entrecoupé d’arrêts à chaque village : parfois 5 minutes, parfois 45 minutes !!
Une perte de temps ? Certainement pas !

Un exemple : une pause, tout le monde sort de son bus, et là se côtoient Népalais et nous, « Frenchy ». Henri, l’ancien du groupe, entonne un cantique comme il aime si bien le faire ; ils sont au moins 70 à l’entourer, subjugués.
Simplement et avec authenticité, il leur partage que son cœur dur a été changé par Dieu. Ce même Dieu qui les aime et qui est prêt à en faire de même.

« … J’ai souvent formé le projet d’aller vous voir…, mais j’en ai été empêché jusqu’ici. » Rom 1.13b

Presque arrivés à destination, dernier village et une atmosphère sous tension : entre émeute, alcool, détresse, pauvreté…
Dans le bus, ambiance contrastée entre solennité et prières proclamées : quasi incognito, Dieu ouvre la voie de cette traversée !

C’est dans les chants de louange que se finit ce long voyage. Comme dirait l’autre, « ce n’est pas pour rien que l’on parle de peuple non-atteints. »

Depuis Surkhet :

Pour vous, un temps de visibilité sur la suite du projet : selon le plan « humain », départ demain, samedi 16 pour le village de Gela, pour 8 à 9 jours normalement. Mais encore beaucoup d’incertitudes pour le moment, c’est pourquoi, actuellement dans l’attente de la confirmation de Son plan.

Notre sujet de prière se résume en un mot : LUMIERE

=> Lumière, par les panneaux solaires : tout le matériel est presque arrivé, reste un dernier trajet jusqu’à Gela.

=> Que nous soyons sel & lumière :

  • pour Shiva, notre cuisinier, avec nous depuis le début. Il parle Anglais. Priez que la barrière des castes soit brisée et qu’il puisse être interpellé par l’amour de Jésus-Christ que nous voulons lui manifester.
  • Auprès des Népalais : ceux que nous rencontrons tout au long de nos déplacements, et ceux que Dieu préparent à Gela. Qu’ils reçoivent la lumière dans leur foyer et dans leur CŒUR.

=> Que notre lumière reste allumée… Que Dieu continue de renforcer l’unité du groupe maintenant au complet : 23 personnes. Que nous soyons toujours alimentés par Jésus, la vraie LUMIERE, modèle parfait de serviteur et d’amour.

Pour que l’amour que nous nous portons les uns aux autres en soient Le reflet…

IMG_9680

IMG_9641

L’équipe progresse

L'équipe progresse

Nous partons demain pour Surkhet dans un contexte de grève nationale. Nous prions que Dieu dirige cette longue journee de route à travers le pays.

Merci pour vos prières

Arrivée à Ktm

Jaymashi,

Nous voici arrivés à Ktm. Nous avons d’abord retrouvé quelques membres de l’équipe à Abu Dhabi, drôle d’endroit pour un rdv ^^, puis nous avons retrouvé Steve et une petite équipe allemande

Les grèves nous empêcheront de prendre la route demain et nous remettons tous les détails entre les mains de Dieu. Nous passerons donc du temps sur Ktm comme moyen d’adaptation culturelle et de découverte mutuelle

entre ses mains

 

Départ dimanche

Chers amis et partenaires,

Nous voici à J-4 du départ, merci à tous ceux qui se sont engagés à nos côtés dans la prière.

Le lien dropbox de JN & Suzanne est rétabli https://www.dropbox.com/sc/26fe6s11czks6e3/0nmAiLQKmQ

En Christ,

Thierry pour l’équipe

JNSUZ